https://coril150.ca/wp-content/uploads/2017/02/Louise-Porthouse-Story-1-150x150.jpg
https://coril150.ca/wp-content/uploads/2017/02/Louise-Porthouse-Story-1.jpg

Je me souviens vivement du jour où je suis arrivé à Toronto – c’était l’hiver, le 13 février 1999 et lorsque l’avion entra dans Pearson, je regardais par la fenêtre à la vue des immenses bancs de neige, souillés mais brillants au soleil du matin. J’ai vite appris que seulement un mois plus tôt, la GTA avait été paralysée par un déversement de neige qui a incité le maire Mel Lastman à appeler dans l’armée – ce qui a entraîné beaucoup de ridicule du reste du Canada.

Je n’étais pas préparé à la quantité de neige et les températures glaciales d’hiver quand je me suis déplacé ici et j’ai été encore plus surpris des températures d’été chauds et en sueur – un pays avec des saisons extrêmes et un qui était maintenant ma nouvelle maison et un j’étais déterminé Pour apprendre à connaître et à embrasser. Il m’a fallu quelques années pour m’acclimater, mais ce qui m’a aidé, c’était une promesse que j’ai faite à moi-même et qui était de faire tout mon possible pour intégrer dans ce beau pays. J’ai embrassé l’extérieur – je suis allé portage en Algonquin, skier à Whistler, j’ai ramé sur le lac Ontario, a rejoint une équipe de drapeau de football, a découvert poutine (oh yeah!), Loué un chalet d’été à Muskoka, et fait des amis avec un lot entier Des Canadiens étonnants! Il y avait un Canadien étonnant particulier que j’ai rencontré autour de 2002, un monsieur appelé Ken Wilson qui travaillait avec un entraîneur exécutif et un collègue de mine. J’étais un consultant junior et Ken était un cadre supérieur avec un esprit naturel et une personnalité engageante et authentique. Ken était l’un des cadres les plus faciles à s’entendre avec et je me souviens avoir pensé qu’il serait formidable de travailler avec et que je devrais garder mon oeil sur où sa prochaine affectation exécutive serait! Nous sommes restés en contact au cours des années et au printemps de 2014, j’ai rencontré Ken pour choisir son cerveau sur les possibilités d’emploi. J’étais prêt pour un déménagement et je savais que Ken aurait quelques idées et des conseils à partager. Eh bien, il est juste arrivé que Ken, qui était un SVP avec Coril à l’époque, m’a présenté au SVP de Services Corporatifs à Triovest, un M. Jim Wilson. C’est grâce à cette introduction que j’ai appris au sujet de Triovest et qu’il pourrait y avoir une future opportunité d’emploi à l’horizon en RH, mon domaine d’expertise. Quelques mois après avoir rencontré Jim, j’ai appris que Triovest avait lancé une recherche pour un chef de HR à laquelle j’ai appliqué avec enthousiasme. Le 1er décembre 2014, j’ai commencé mon nouvel emploi avec Triovest et je suis toujours reconnaissant pour les connexions que j’ai faites qui m’a aidé tout au long de mon voyage et a transformé des opportunités en portes ouvertes.

0

Articles connexes